À la découverte des cinq sens

Auteur : Alexandrine ProvencherDate :
Cycle :2e cycle du primaireDurée : 10 périodes
Contexte : Placés en équipes d’experts, les élèves entreprennent une recherche qu’ils communiqueront à l’ensemble du groupe sur le fonctionnement d’un sens. Par la suite, diverses activités et expériences leur sont proposées toujours dans le but de découvrir le fonctionnement de chaque sens.
Programme de formation du primaire
Domaines généraux de formation
Intention éducative

Santé et bien-être
Amener l'élève à adopter une démarche réflexive dans le développement de saines habitudes de vie sur le plan de la santé, du bien-être, de la sexualité et de la sécurité.
Axes de développement

Conscience de soi et de ses besoins fondamentaux
  • besoins physiques

    Mode de vie actif et conduite sécuritaire :
  • conduite sécuritaire en toute circonstance.
    Compétences transversales
    Exploiter l'information (Ordre : intellectuel)
    Composantes
    S'approprier l'information.
  • Sélectionner les sources pertinentes.
  • Reconnaître diverses sources d'information.
  • Explorer des sources variées et comprendre l'apport de chacune.
  • Tirer profit de l'information.
  • Répondre à ses questions à partir de l'information recueillie.
  • Critères d'évaluation
  • Consultation de sources variées
  • Sélection de données pertinentes
  • Se donner des méthodes de travail efficaces (Ordre : méthodologique)
    Composantes
    Analyser la tâche à accomplir.
  • Comprendre les consignes et visualiser les éléments de la tâche.
  • Accomplir la tâche.
  • Mobiliser les ressources requises : personnes, matériel, etc.
  • Gérer son matériel et son temps, réajuster ses actions au besoin.
  • Mener sa tâche à terme.
  • Critères d'évaluation
  • Exécution de la tâche
  • Analyse du déroulement de la démarche
  • Coopérer (Ordre : personnel et social)
    Composantes
    Contribuer au travail collectif.
  • Planifier et réaliser un travail avec d'autres.
  • Tirer profit du travail en coopération.
  • Identifier les éléments qui ont facilité ou entravé la coopération.
  • Critères d'évaluation
  • Attitudes et comportements adaptés
  • Engagement dans la réalisation d'un travail de groupe
  • Communiquer de façon appropriée (Ordre : communication)
    Composantes
    Choisir le mode de communication.
  • Choisir un ou des langages pertinents en tenant compte de l'intention, du contexte et des destinataires.
  • Réaliser la communication.
  • Respecter les règles et les conventions propres aux langages utilisés.
  • Critères d'évaluation
  • Cohérence du message
  • Utilisation de la symbolique ou du vocabulaire appropriés
  • Respect des codes et des conventions
  • Domaines d'apprentissage
    Français, langue d'enseignement
    Compétences disciplinaires
    Lire des textes variés.
  • Utiliser le contenu des textes à diverses fins
  • Communiquer oralement.
  • Utiliser les stratégies et les connaissances requises par la situation de communication
  • Critères d'évaluation
  • Extraction des éléments d'information explicites et implicites pertinents
  • Clarté des formulations utilisées (syntaxe et vocabulaire)
  • Adaptation des propos au contexte et aux interlocuteurs, et choix d'un registre de langue approprié
  • Utilisation appropriée des éléments prosodiques (rythme, intonation, débit, volume)
  • Science et technologie
    Compétences disciplinaires
    Proposer des explications ou des solutions à des problèmes d'ordre scientifique ou technologique..
  • Recourir à des stratégies d'exploration variées
  • Communiquer à l'aide des langages utilisés en science et en technologie.
  • Exploiter les langages courant et symbolique pour formuler une question, expliquer un point de vue ou donner une explication
  • Critères d'évaluation
  • Élaboration d'explications pertinentes ou de solutions réalistes
  • Justification des explications ou des solutions
  • Transmission correcte de l'information de nature scientifique et technologique
  • Outils et moyens d'évaluation prévus
    Matériel, repères et autres ressources à prévoir
    Déroulement de la situation d'apprentissage
    Phase Préparation
    Rôle de l'élèveRôle de l'enseignant(e)
    Amorce

    Les élèves observent le personnage et disent ce qu’ils remarquent. Ensuite, ils nomment les cinq sens dont Fernando a besoin pour explorer et découvrir le monde et nomment les parties du corps manquantes.
    Amorce

    L’enseignant présente aux élèves Fernando Govot (les lettres de son nom de famille correspondent aux premières lettres de chaque sens), un gros personnage qu’il a préalablement conçu. Celui-ci n’a pas de yeux, de nez, d’oreilles, de bouche et de mains. Il demande aux élèves ce qu’ils remarquent. Lorsque ceux-ci ont répondu, il leur dit que Fernando a besoin de cinq sens pour explorer et découvrir le monde. Il leur demande quels sont ces sens et quelles sont les parties du corps manquantes (en lien avec ces sens). L’enseignant insiste, dès le départ, sur l’exactitude du vocabulaire qui sera employé pour désigner les cinq sens.  
    Conceptions initiales des élèves

    Les élèves verbalisent ce qu’ils connaissent sur les cinq sens.
    Conceptions initiales des élèves

    Afin, de relever les conceptions initiales des élèves, l’enseignant leur présente un gros tableau avec les dessins des cinq parties du corps reliées au cinq sens. Il leur demande ce qu’ils savent sur les cinq sens et classe les conceptions des élèves dans le tableau sous les différents sens. Ce tableau est conservé jusqu’à la fin du projet où les élèves comparent leurs apprentissages à leurs conceptions initiales.  
    Question de départ

    Les élèves écoutent la question de départ et la description du projet et questionnent l’enseignant au besoin.
    Question de départ

    L’enseignant pose la question de départ : «Comment fonctionnent les cinq sens?». Il dit aux élèves qu’ils seront regroupés en équipes d’experts et qu’un sens sera assigné à chaque équipe. Ils effectueront d’abord une recherche sur leur sens afin d’être en mesure d’expliquer son fonctionnement à la classe. Par la suite, différentes activités et expériences seront proposées à l’ensemble du groupe pour concrétiser le fonctionnement des cinq sens.  
    Formation des équipes d’experts

    Les élèves doivent former des équipes de quatre en s’assurant que tous les cartons soient de couleurs différentes.
    Formation des équipes d’experts

    L’enseignant distribue un carton de couleur à chaque élève. Un rôle est écrit sur chaque carton. Il indique aux élèves qu’ils devront former des équipes de quatre et que dans une même équipe, il ne pourra pas y avoir deux élèves avec un carton de la même couleur. * Cette façon de former les équipes permet aux élèves de faire un certain choix. L’enseignant, de son côté, dirige ce choix en distribuant les cartons de couleur de façon à ce que certains élèves ne puissent se placer ensemble ou de façon à ce que les équipes soient plus homogènes (ex. : donner la même couleur aux plus faibles pour qu’ils ne puissent se placer ensemble).  
    Explication des rôles

    Les élèves écoutent bien les responsabilités de chaque rôle.
    Explication des rôles

    L’enseignant dit d’abord aux élèves qu’à chaque période de science, ils devront changer de rôle. Ensuite, il explique les responsabilités de chaque rôle. Les «questionneurs» pourront aller questionner l’enseignant lors d’incertitude dans leur équipe, les «secrétaires» devront noter les informations importantes lors de leur recherche, les «responsables du matériel» devront venir chercher et rapporter le matériel et les «médiateurs» devront s’assurer du bon climat de travail dans leur équipe.  
    Phase Réalisation
    Rôle de l'élèveRôle de l'enseignant(e)
    INTRODUCTION AUX CINQ SENS
    (Durée : 1 période avec l’amorce)

    Les élèves observent leur pomme et notent dix renseignements sur celle-ci. Lorsqu’ils ont terminé, un élève par équipe dit les caractéristiques qu’ils ont notées. Ensuite, les élèves essaient de trouver des caractéristiques propres aux sens qui en ont aucune.
    INTRODUCTION AUX CINQ SENS
    (Durée : 1 période avec l’amorce)

    Avant de lancer les élèves dans leur recherche, l’enseignant introduit les cinq sens par une courte activité.L’enseignant distribue à chaque équipe une pomme. Il demande aux élèves d’observer leur pomme et de noter dix renseignements sur celle-ci. L’enseignant note sur un carton semblable à celui utilisé lors des conceptions initiales, les caractéristiques relevées par chaque équipe. S’il n’y a aucune caractéristique sous certains sens, il questionne les élèves afin d’en trouver.  
    RECHERCHE SUR LES CINQ SENS
    (Durée : Environ 3 périodes)

    Les élèves découvrent le sens sur lequel ils devront travailler. Ensuite, ils écoutent les consignes de l’enseignant quant aux étapes de la recherche.

    Les élèves se mettent au travail. Ils suivent les étapes de la démarche scientifique.

    Lors de la capsule sur les méthodes de travail efficaces, les élèves établissent des moyens pour s’organiser dans leur équipe de façon à ce que leur recherche avance bien. Ils discutent de la coopération et disent comment chacun peut apporter quelque chose à l’équipe. Par la suite, lorsque l’enseignant discute de la présentation, ils relèvent des façons de présenter un projet. Finalement, ils disent les critères qui feraient en sorte qu’une équipe obtiendrait un bon résultat pour la présentation orale de sa recherche.
    RECHERCHE SUR LES CINQ SENS
    (Durée : Environ 3 périodes)

    L’enseignant attribue d’abord au hasard un sens à chaque équipe. Ensuite, il explique aux élèves comment ils devront procéder pour faire leur recherche. Les étapes de leur recherche sont reliées aux étapes de la démarche scientifique. L’enseignant leur distribue une feuille qu’ils devront compléter tout au long du projet. Il explique ce qu’ils devront faire à chaque étape.
    1- Se poser une question Les élèves doivent écrire leur question de départ en lien avec le fonctionnement de leur sens (ex. : comment fonctionne…).
    2- Imaginer une hypothèseLes élèves doivent écrire une hypothèse en lien avec leur question de départ (une réponse à cette question en lien avec leurs conceptions).
    3- Travail de détectiveIls doivent noter le matériel dont ils auront besoin pour faire leur recherche. L’enseignant leur mentionne qu’il mettra à leur disposition des schémas ainsi que des livres sur les sens et qu’ils auront accès à Internet.
    4- Planifier et réaliser sa démarche Ils déterminent comment ils s’organisent dans leur équipe (chaque élève doit participer), lisent les textes en lien avec leur sens pour découvrir son fonctionnement et prennent des notes.
    5- Analyser et interpréter les résultatsÀ l’aide de leurs lectures et de leurs notes, ils tentent de répondre à leur question de départ.Par la suite, ils préparent leur présentation qu’ils feront à la classe. Ils peuvent concevoir des supports visuels et des schémas pour aider les élèves à comprendre.
    6- Conclusion ou nouvelle questionIls présentent les résultats de leur recherche à la classe lors de la période où le groupe fait des activités et des expériences prévues par l’enseignant sur leur sens (les présentations peuvent se dérouler à différents moments durant ces périodes). L’enseignant fait des précisions ou ajoute des informations, au besoin, lors de ces présentations.

    L’enseignant guide les équipes dans les différentes étapes.

    Lorsque la plupart des équipes sont rendues à l’étape 4, il fait une capsule sur les méthodes de travail efficaces. Il demande alors aux élèves comment ils pourraient s’organiser, dans leur équipe, pour que leur recherche avance à un bon rythme. Il discute également de la coopération avec eux et de l’importance de tous et de chacun dans l’équipe (comment chaque élève peut apporter quelque chose à l’équipe). Finalement, l’enseignant aborde la présentation de la recherche en leur demandant de relever des façons de présenter un projet. Il leur dit qu’ils pourront choisir la façon qui leur convient davantage. Il leur demande quels seraient les critères qui feraient en sorte qu’une équipe obtiendrait un bon résultat pour sa présentation orale. L’enseignant mentionne aux élèves que ces éléments constitueront ses critères d’évaluation.  
    EXPLORATION DES CINQ SENS(ACTIVITÉS ET EXPÉRIENCES)

    Les élèves forment leur équipe de deux. Ils doivent se placer avec un élève de leur équipe d’experts.

    La vue
    (Durée : 1 période)

    Activité 1 Deux yeux valent mieux qu’un

    Les élèves émettent leurs hypothèses en lien avec la question de l’enseignant. Ensuite, ils font l’activité proposée. Après avoir partagé leurs observations, les élèves écoutent l’explication (de l’équipe d’experts ou de l’enseignant) et formulent leur conclusion.


    Activité 2 L’œil et la noirceur

    Les élève formulent leur hypothèse en lien avec la question de l’enseignant. Ensuite, ils font l’expérience et notent leurs résultats. Ils partagent leurs résultats et écoutent l’équipe d’experts et l’enseignant leur parler de la vue. Ensuite, ils écrivent leur conclusion (en lien avec la question sur les pupilles).


    Activité 3 Les illusions d’optique

    Les élèves observent différentes illusions d’optique et verbalisent ce qu’ils perçoivent. Par la suite, ils écoutent l’explication de l’enseignant.
    EXPLORATION DES CINQ SENS (ACTIVITÉS ET EXPÉRIENCES)

    L’enseignant dit aux élèves que les activités et les expériences se dérouleront toujours en équipe de deux. Donc, chaque équipe d’experts doit se diviser en deux équipes de deux.

    La vue
    (Durée : 1 période)

    Activité 1 Deux yeux valent mieux qu’un

    L’enseignant pose cette question aux élèves : «Pourquoi avons-nous besoin de deux yeux»? Il leur demande de formuler une hypothèse et leur propose une activité pour répondre à cette question. Suite à l’activité, l’enseignant leur demande ce qu’ils ont remarqué. Par la suite, il demande à l’équipe d’experts s’ils seraient en mesure de répondre à la question et si non il le fait lui-même : étant donné que nos yeux sont distants l’un de l’autre, chacun voit les choses d’un angle légèrement différent. Ainsi, les images que transmet chaque œil à notre cerveau diffèrent légèrement les unes des autres. En comparant les images, notre cerveau peut nous donner une figure tridimensionnelle nous aidant à évaluer les distances.


    Activité 2 L’œil et la noirceur

    L’enseignant pose cette question aux élèves : «D’après-vous, que font vos pupilles lorsqu’on éteint les lumières et lorsqu’on les allume»? Il demande aux élèves de noter leur hypothèse et les invite à faire l’essai. Après l’exercice, il demande aux élèves ce qu’ils ont observé. Ensuite, il demande à l’équipe d’experts de venir faire leur présentation sur la vue. Au besoin, il ajoute des renseignements ou clarifie certaines notions : sur le devant de notre œil se trouve un renflement transparent appelé la cornée. La lumière entre dans notre œil à travers elle. L’iris, derrière la cornée, est la partie colorée de notre œil. Au centre de l’iris, la pupille a l’air d’un cercle noir, mais il s’agit d’une ouverture. Comme l’intérieur de notre œil est sombre, la pupille semble noire. C’est l’iris qui régit la quantité de lumière qui pénètre dans ton œil. Il contient des anneaux de muscles. Quand la lumière est abondante, les muscles se resserrent et font rapetisser la pupille. Dans la pénombre, ils la font agrandir. Juste derrière la pupille se trouve le cristallin. Il est attaché à des muscles qui le font changer de forme. Le rôle du cristallin est de courber les rayons de lumière qui entrent dans notre œil. Ils les fait converger à l’arrière de notre œil (il fait la mise au point de l’image, la clarifie). Puis, les nerfs partant de notre œil transportent le message visuel jusqu’à notre cerveau. Suite aux explications, l’enseignant demande aux élèves d’écrire leur conclusion.


    Activité 3 Les illusions d’optique

    L’enseignant présente aux élèves plusieurs illusions d’optique et leur demande à chaque fois ce qu’ils observent. L’enseignant leur explique la raison de ces illusions : une fois que notre cerveau a appris les «règles» de la vue, par exemple que plus les choses sont éloignées de nous plus elles paraissent petites, il applique les mêmes règles pour interpréter tout ce que nous regardons. Quand un objet enfreint les règles, ou quand il peut être interprété de plus d’une façon, notre cerveau peut nous donner une information fausse ou confuse. C’est le phénomène de l’illusion d’optique.



     
    L’ouïe
    (Durée : 1 période)

    Activité 1 Qu’entends-tu

    Les élèves écoutent les bruits en complétant la feuille prévue à cet effet. Par la suite, ils comparent leurs réponses et écrivent leur conclusion.


    Activité 2 Deux oreilles valent mieux qu’une

    Les élèves écrivent leur hypothèse en lien avec la question et font l’activité. Par la suite, ils écoutent l’équipe d’experts ainsi que l’enseignant et écrivent leur conclusion.
    L’ouïe
    (Durée : 1 période)

    Activité 1 Qu’entends-tu

    L’enseignant fait entendre différents bruits (ex. : une chaise qui tombe par terre, quelqu’un qui souffle dans un sifflet, le bruit des vagues, quelqu’un qui cogne à la porte et quelqu’un qui efface le tableau) aux élèves et leur demande de les qualifier (écrire un adjectif qui les décrits). Ensuite, il compare les réponses des élèves et leur demande d’écrire leur conclusion en lien avec les types de bruits.


    Activité 2 Deux oreilles valent mieux qu’une

    L’enseignant demande aux élèves pourquoi nous avons besoin de deux oreilles pour entendre. Il leur dit de noter leur hypothèse et leur propose une activité pour répondre à cette question. Par la suite, l’équipe d’experts vient faire sa présentation et l’enseignant peut ajouter des informations au besoin : l’intérieur de l’oreille ressemble à un labyrinthe. Il s’ouvre par le conduit auditif qui renferme des poils soyeux et une cire collante qui interceptent la poussière et empêchent les insectes de pénétrer plus loin. Il mène à l’oreille moyenne. Bien tendu, à l’entrée de l’oreille moyenne, il y a le tympan, une membrane qui vibre quand un son l’atteint. Derrière le tympan, on trouve une cavité remplie d’air. Trois petits os reliés forment une sorte de pont qui enjambe cette cavité. Étant donné leur forme, ils portent les noms de marteau, d’enclume et d’étrier. Ces osselets amplifient (rendent plus fortes) les vibrations qui atteignent le tympan. Le dernier osselet de cette série touche à la fenêtre ovale. Comme le tympan, il s’agit d’une membrane. La fenêtre ovale recouvre l’entrée de l’oreille interne. Dans l’oreille interne, le limaçon est un tube en forme de spirale, Le limaçon est rempli de liquide, et il est revêtu de milliers de poils fins. Ils ondulent lorsque le liquide se déplace sous l’effet des vibrations sonores. Ces poils sont reliés à des nerfs. Ces derniers transportent le message sonore jusqu’à notre cerveau. Qui nous le fait entendre.  
    Le toucher
    (Durée : 2 périodes)

    Activité 1 Exploration des textures

    Les élèves disposent de plusieurs objets ayant des textures différentes. Ils touchent les objets et décrivent les textures.


    Activité 2 La sensibilité

    Les élèves émettent leur hypothèses en lien avec la question de l’enseignant. Ensuite, ils font l’activité pour répondre à cette question en suivant la démarche. Ils inscrivent leur résultat à l’endroit prévu à cet effet. Suite à la comparaison des résultats et aux explications de l’équipe d’experts et de l’enseignant, les élèves écrivent dans leurs mots leur conclusion.


    Activité 3 La sensation de chaleur ou de froid

    Les élèves émettent leur hypothèse face à la question de l’enseignant. Ensuite, les élèves font l’expérience proposée par l’enseignant en suivant la démarche et notent leurs observations. Ils partagent leurs résultats et ensuite écoutent les explications de l’enseignant pour les reformuler dans leurs mots.
    Le toucher
    (Durée : 2 périodes)

    Activité 1 Exploration des textures

    L’enseignant introduit le sens du toucher en apportant des objets avec différentes textures (papier pour sabler, ouate, feutrine, plume, sable, etc). Il demande aux élèves de toucher les objets et de décrire les textures.

    Activité 2 La sensibilité

    L’enseignant pose aux élèves cette question : «Est-ce que toutes les parties de notre corps ont la même sensibilité»? Ensuite, il leur propose une activité pour répondre à cette question. L’enseignant fait un retour avec les équipes afin de comparer les résultats. Par la suite, il demande à l’équipe d’experts de venir faire leur présentation. Il ajoute certaines informations au besoin : sous notre peau, il y a des nerfs qui reçoivent les informations du toucher et les envoient au cerveau. Ces nerfs sont très nombreux dans les doigts et peu nombreux dans le bras. Le doigt est donc plus sensible que le bras. C’est pourquoi il fait mieux la différence entre les deux pointes.


    Activité 3 La sensation de chaleur ou de froid

    L’enseignant demande aux élèves s’ils ont déjà remarqué que lorsqu’on plonge dans une piscine, l’eau nous semble d’abord très froide et après avoir nagé quelques instants elle semble plus chaude. Il leur demande ce qui pourrait expliquer ça. L’enseignant propose une activité reliée à ce phénomène. Suite à l’activité, il demande aux élèves ce qu’ils ont observé et explique pourquoi ceci s’est produit : chaque main s’est habituée à la température de l’eau chaude et de l’eau froide des deux bols. La main dans l’eau chaude devient moins sensible à la chaleur parce qu’elle s’est adaptée : elle a besoin de plus de chaleur que d’habitude pour la sentir. L’enseignant revient sur la situation de départ en expliquant qu’après avoir nagé quelques instants dans la piscine notre peau s’est habituée au froid et elle n’y est plus aussi sensible.  
    Le goût
    (Durée : 1 période)

    Activité 1 Les quatre saveurs et la langue

    Les élèves écrivent leurs hypothèses en lien ave la question de l’enseignant. Ils font ensuite l’activité. Les élèves écoutent les explications de l’équipe d’experts et de l’enseignant et font leur conclusion.


    Activité 2 Les sens mélangés Les élèves répondent oralement à la question de l’enseignant. Par la suite, ils font l’activité en suivant la démarche et en notant leurs observations. Les élèves écoutent les explications et écrivent leur conclusion.
    Le goût
    (Durée : 1 période)

    Activité 1 Les quatre saveurs et la langue

    L’enseignant dit aux élèves que grâce à leur langue, ils reconnaissent le goût de ce qu’ils mangent (sucré, salé, acide et amer). Il leur pose la question suivante : «Quelles sont les parties de votre langues qui goûtent le sucré, le salé, l’acide et l’amer». L’enseignant présente ensuite l’activité qui vise à découvrir quelles zones de la langues sont sensibles à quelles saveurs. Après l’activité, les équipes partagent leurs résultats et l’enseignant demande à l’équipe d’experts de venir faire sa présentation. Au besoin, il ajoute des informations : la langue est recouverte de papilles qui contiennent des bourgeons qui bordent leurs côtés. Les bourgeons gustatifs détectent certaines substances chimiques et envoient des signaux au cerveau, qui distingue leur saveur. Pour goûter une chose, on doit la dissoudre dans sa salive qui la met en contact avec les bourgeons. Le milieu de la langue ne détecte aucun goût, car il n’y a pas de bourgeons gustatifs à cet endroit. La plupart des bourgeons sont situés sur les côtés et à l’arrière de la langue. Le bout de la langue est plus sensible au salé et au sucré, les côtés de la langue sont plus sensibles à l’acide et l’arrière de la langue est plus sensible à l’amer. Suite à ces explications, les élèves écrivent leur conclusion.


    Activité 2 Les sens mélangés

    L’enseignant demande aux élèves s’ils croient qu’ils ont besoin de plus d’un sens pour goûter les aliments. Pour répondre à cette question, il leur propose une activité. Après, l’enseignante leur demande ce qu’ils ont observé et leur explique pourquoi l’odorat est relié au goût : lorsque vous mâchez et que vous respirez en même temps, l’odeur de la carotte ou du radis monte dans votre nez. Vous la sentez et votre cerveau la reconnaît. C’est pourquoi, lorsque vous avez le nez bouché à cause d’un rhume, vous goûtez moins la nourriture.  
    L’odorat
    (Durée : 1 période)

    Activité 1 La chasse aux odeurs

    Les élèves font l’activité proposée et notent les odeurs identifiées. Les élèves écoutent les explications de l’équipe d’experts et de l’enseignant et font leur conclusion.
    L’odorat
    (Durée : 1 période)

    Activité 1 La chasse aux odeurs

    L’enseignant propose aux élève une activité ayant pour but de découvrir des odeurs. Ensuite, il demande à l’équipe d’experts de venir faire leur présentation. Au besoin, il ajoute des informations : lorsque nous respirons profondément par le nez pour sentir une fleur, par exemple, nous inspirons par nos narines l’air qui contient les substances chimiques de cet élément. L’air tourbillonne autour de nos cornets et de nos cavités nasales et touche les cellules olfactives qui tapissent la paroi supérieure de chaque fosse. Sur la partie supérieure de nos cavités nasales, nous avons environ 5 millions de cellules olfactives regroupées en petites plaques. Tout comme pour le goût, l’odorat résulte d’une sensibilité chimique. Pour être «odorantes», les molécules (de minuscules parcelles de matière) doivent se déplacer dans l’air, par évaporation, en fine poussière ou en poudre. Lorsque ces molécules touchent les cils des cellules olfactives, celles-ci envoient un signal olfactif au cerveau, qui identifie le type d’odeur. Suite à ces explications, l’enseignant demande aux élèves de noter ce qu’ils ont retenu sur l’odorat.
     
    Phase Intégration
    Rôle de l'élèveRôle de l'enseignant(e)
    Les élèves complètent le tableau distribué par l'enseignant en lien avec leurs apprentissages suite au projet. Par la suite, les élèves observent le tableau que l'enseignant avait fait au début du projet qui décrivait leurs conceptions initiales. Ils disent si ces conceptions étaient toutes vraies. À la fin du projet, l'enseignant distribue aux élèves un tableau semblable à celui utilisé lors des conceptions initiales. Il leur demande d'écrire sous chaque sens les apprentissages qu'ils ont fait tout au long du projet. Ensuite, l'enseignant montre aux élèves le tableau qu'il avait fait au début du projet décrivant leurs conceptions initiales. Il leur demande si leurs conceptions étaient toutes vraies.  
    Situation de réinvestissement à prévoir
    L'enseignant dit ceci aux élèves : «Nous avons vu que Fernando Govot avait besoin de 5 sens pour explorer et découvrir le monde, mais quel serait ses besoins de base pour survivre dans ce monde?» Par cette question, l'enseignant veut amorcer l'étude du système respiratoire ou aborder la nutrition.
    Annexes
    Illusions d'optique à présenter aux élèves
    Fiches pour les élèves pour les activités sur la vue
    Fiches pour les élèves pour les activités sur le goût
    Fiches pour les élèves pour les activités sur le toucher
    Fiche pour les élèves pour l'activité sur l'odorat
    Fiches pour les élèves pour les activités sur l'ouïe
    Schéma de l'oreille
    Schéma de l'oeil
    Schéma du nez
    Schéma de la langue
    Schéma de la peau
    Références
    Grille pour les élèves avec les étapes de la démarche scientifique


    Création originale de Alexandrine Provencher (2005)
    Creative Commons License
    Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.